Archives de
Catégorie : > Divers

Reportage: Chouettes Therapie

Reportage: Chouettes Therapie

UNE CHOUETTE THÉRAPIE

Comme des « psychothérapeutes », ces bêtes soignent la relation à l’autre. Et font même oublier un instant l’isolement ou la souffrance. La zoothérapie, ou médiation animale, met en contact des animaux spécialement dressés et un public fragile – autistes, malades ou handicapés… Pour les personnes âgées, que la démence ou la maladie d’Alzheimer coupe progressivement du monde, les animaux sont des « déclencheurs de souvenirs ». L’association les Chouettes du cœur, en Bourgogne, fait intervenir des oiseaux de proie – chouette effraie, hibou grand duc, faucon pèlerin… Avec des résultats souvent spectaculaires.
Ghyslaine RIBEYRE

Lire la suite Lire la suite

Ella & Pitr Artistes de l’éphémère

Ella & Pitr Artistes de l’éphémère

Ella & Pitr, les papiers peintres

A eux deux, Ella & Pitr forment le duo des Papiers Peintres. Nés respectivement en 1984 et 1981, c’est au hasard d’une rue qu’ils se sont rencontrés : l’une cherchant comment s’adresser le plus directement à un public non choisi, l’autre imaginant une suite logique à 10 ans de graffiti. Aujourd’hui leur atelier est situé à Saint Etienne (France) et la Rue reste leur territoire d’expression spontanée….

Work in Progres:

Panoramique dans l’atelier

Le poulpe et Madame, Rhone-Alpes 09/2012
Le poulpe en cours de réal, Rhône-Alpes 09/2012
Bichon photographie les oiseaux, Vevey 2012

Music: « Song for Olabi – Bliss. Amazon.com 

Le Palais Idéal du facteur Cheval – Ideal Palace of Ferdinand Cheval

Le Palais Idéal du facteur Cheval – Ideal Palace of Ferdinand Cheval

Né de l’imagination fertile de Ferdinand Cheval, le Palais Idéal a fêté ses 100 ans en 2012. Ce célèbre facteur français a passé 33 ans de sa vie à édifier un « Palais idéal » et huit années supplémentaires à bâtir son propre tombeau, tous deux considérés comme des chefs-d’œuvre d’architecture naïve.

Lire la suite Lire la suite

Cuba, La Havane. Octobre 1998

Cuba, La Havane. Octobre 1998

Cuba_00019En Octobre 1998, alors que je travaille pour une célèbre agence « people », je pars en commande, avec une équipe télé (appartenant à un maçon), pour un reportage sur un homme politique industriel, ou un homme industriel politique, je ne fais pas bien la difference, duc du poulet de surcroit, comme quoi le sobriquet tant officiel que ridicule ne tue pas…
La seule chose évidente est que cette personne est difficilement supportable.
Cet homme est l’ami d’un comédien français, nouveau transfuge russe (alors que pendant des années, l’intelligentzia soviétique ne pensait qu’a s’échapper.. lui y va spontanément… ) et de Fidel.. c’est vous dire à quel point ce reportage était difficile.
Après quelques jours passés en sa compagnie (et quelques mots exprimant mes divergences d’opinion avec ce personnage) sur le chemin du retour, je lui explique que.. le reportage sur lui ne sortira jamais, car je ne souhaite pas participer à sa propagande..

Il s’imagine alors que son statut d’ami du directeur de l’agence va me faire changer d’avis.
Il ne me connait pas bien, manifestement…
Arrivé à l’agence, je fais développer les films.. et je mets le feu à tous les ektas où il figure (je l’avoue.. j’ai mauvais caractère).
Les images avec Fidel, les images avec certains chefs d’états sud américains tels que Chavez, tout se transforme en signaux de fumée…
Vous savez quoi?
Ça fait un bien fou…
Ne reste de ce voyage que quelques images prises pendant nos déambulations havanaises, des images de personnes vraies, entières, d’une gentillesse et d’une générosité absolue.
La galerie complète est ici.
Pierre Richard est une réelle star, là-bas.
Si j’avais su avant, c’est avec lui que j’aurais fait ce reportage 🙂

 

 

Cuba_00010

Cuba_00018

Cuba_00001

Cuba_00017

Cuba_00008Havana Dock. Lady of the Night… at dawn.

Cuba_00007

Cuba_00006

Cuba_00013

Cuba_00004

Sofia SpainLa chute de Sofia d’Espagne. José Maria Aznar ne bouge pas une oreille…

Cuba_00005

Cuba_00020

Cuba_00009

Cuba_00012

Cuba_00016

Olds

Flanerie Romaine – Rome, leisurely walk.

Flanerie Romaine – Rome, leisurely walk.

This magnificent city, symbol of a certain religious duality, is an incitement to stroll.

Piazza Navona, Roma
©Dan Benedito

D’après la légende, Rome aurait été fondée en 753 avant J.-C. par Romulus, qui aurait tué son frère jumeau Remus lors de la création de la ville. Ces deux frères seraient les descendants du dieu Mars et de Rhéa Silvia, fille de Numitor.
La généalogie légendaire de Romulus permet de donner une origine divine à Rome : la Ville aurait été créée, car les dieux le voulaient ainsi.
C’est une version.

En cliquant sur l’image ci-dessous vous accédez à la galerie complète.
Chaque image y est légendée.

[photoshelter-gallery g_id=’G0000HntH1y_tnh8′ g_name=’Rome-leisurely-walk’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

Une autre, plus près des sources archéologiques sérieuses, prétend que les premiers occupants du site au VIIIe siècle av. J.C. étaient des bergers vivant dans des cabanes installées sur le Mont Palatin, une colline qui domine le fleuve du Tibre, aujourd’hui détentrice des vestiges de l’âge d’or romain.
À cette époque, la péninsule italienne est encore occupée par différentes peuplades : Grecs au Sud, Carthaginois en Sardaigne et en Corse… Étrusques au Nord.
Ce sont ces derniers qui, dès le VIIe siècle av. J.-C. réunissent les villages dans la plaine du Latium et créent une cité qui est protégée par les sept collines environnantes et par ses remparts.
Les spécialistes considèrent que Rome était, à l’époque impériale (entre les débuts de l’époque chrétienne et le VIe siècle), la plus grande ville du monde, comptant entre 1 et 2 millions d’habitants.
A l’époque d’Auguste, le chiffre retenu se situait plutôt entre 800 000 et 1 million d’habitants.
Il atteignait 1 200 000 habitants en 260 apr. J.-C.
Il faut attendre le début du XIXe siècle pour que des capitales comme Londres ou Paris dépassent ce chiffre. La ville de Rome elle-même retrouve cette démographie dans les années 1930.
C’est la troisième agglomération d’Italie après Milan et Naples, mais reste la commune la plus peuplée du pays.

Civitas Vaticana


Le Vatican est un État enclavé dans la ville, support territorial du Saint-Siège.
En juillet 2011, il comptait 800 habitants sur une superficie totale de 0,44 km², ce qui fait de lui le plus le plus petit État au monde.
On dénombre pas moins de 4 langues officielles:
le français, pour la diplomatie
l’allemand, pour l’armée
l’italien, pour l’État
le latin pour le juridique et l’église.
Il fut créé en 1929 comme représentation temporelle du Saint-Siège aux termes des accords du Latran, représenté par le cardinal Gasparri. L’Italie, quant à elle, était représentée par Mussolini.
Centre du christianisme depuis Constantin (IVe siècle), il fut tout d’abord un siège occasionnel, puis permanent de la papauté.
Le Vatican est non seulement l’un des plus important site archéologique du monde romain, mais également la plus sacrée des villes du monde catholique.
Les origines du nom “Vatican” se perdent dans la nuit des temps.
Selon les étymologistes anciens, “Vaticanus” tirait son origine du mot “Vaticinium”, ou plus exactement « Vates » ou « Vatis » signifiant « devin », « voyant », car beaucoup de devins résidaient de ce côté du Tibre, bien que sous Tibère l’art de la divination était interdit à Rome.
C’était un délit passible de la confiscation des biens.
D’autres parlent d’une ville étrusque nommée Vaticum, qui aurait jadis existé à cet endroit.

La Cité du Vatican peut être considérée comme le reliquat des anciens États pontificaux.
Une justification longtemps avancée pour le pouvoir temporel du pape réside dans la « Donation de Constantin », un faux par lequel l’empereur Constantin Ier aurait donné au pape Sylvestre la primauté sur les Églises d’Orient et l’imperium (pouvoir impérial) sur l’Occident.
La justification réelle réside plutôt dans la « Donation de Pépin » de 754 confirmée par Charlemagne en 774, donation cette fois bien réelle.
On peut donc considérer que tout ceci a commencé par un mensonge.

Romulus et Remus élevés par une louve.

Romulus et son frère jumeau Rémus étaient les fils de la vestale Rhéa Silvia et du dieu Mars.
Rhéa Silvia est la fille du roi de la  ville d’Albe-la-Longue et dépossédé du trône par son frère Amulius. Celui-ci, craignant que ses petits-neveux ne réclament leur dû en grandissant, prend prétexte qu’ils sont les fils d’une vestale, qui avait fait vœu de chasteté, et ordonne qu’on les jette dans le Tibre. L’ordre est mal exécuté, les nouveau-nés sont abandonnés dans un panier sur le fleuve (un peu comme Moîse, en quelque sorte. Hasard ou phénomène de mode?) et survivent par la probable protection des dieux. Ils sont découverts sous un figuier sauvage situé devant l’entrée de la grotte du Lupercale, au pied du Palatin, par une louve qui les allaita et par un pivert, l’oiseau de Mars.
Tite-Live et Plutarque rapportent une explication plus sensée de la légende: les jumeaux auraient été découverts dans la grotte du Lupercale par un berger, gardien des troupeaux d’Amulius. Celui-ci les aurait confiés aux bons soins de sa femme Larentia, une prostituée que les bergers appelaient « Lupa » (la louve ).
Ce serait donc par un jeu symbolique que d’autres auteurs latins auraient créé le mythe de la louve biologique mère de Rémus et Romulus, tirant parti de la puissance redoutable de l’animal au profit de leur cité.
Plus tard, les jumeaux, à qui est révélé le secret de leur naissance, tueront Amulius (égorgé par Rémus selon certains, transpercé par l’épée de Romulus selon d’autres) et restaureront leur grand-père sur le trône d’Albe.

** A l’époque romaine, Pompéî, ville de tous les plaisirs, appelait également ses prostituées « Lupa ».
Penchées aux fenêtres, elles haranguaient le client avec des « Wouuwww » langoureux. De là viendrait le terme « lupanar ».

Escalier à double ellipse.
Injustement attribué à Bramante, il est en fait l’œuvre de Giuseppe Momo

Tous les reportages de Maya-Press sont diffusés par l’agence GAMMA-RAPHO, Paris

New-York, entre Times Square et Grand Central Station

New-York, entre Times Square et Grand Central Station

Times Square New York

Voyager à New York, c’est entrer dans un monde très particulier du fait du nombre de communautés qui s’y côtoient.

[photoshelter-gallery g_id=’G0000A2KhAgus85o’ g_name=’New-York-City’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

C’est sans doute la ville la plus cosmopolite de la planète.Ses buildings impressionnants, comme l’Empire State Building, ont forgé sa renommée; c’est la plus grande ville des États-Unis avec plus de 8 millions d’habitants au cœur de la cité divisée en 5 districts : Manhattan, Brooklyn, Queens, Bronx et Staten Island.

Et 21 millions avec son agglomération.

New-York

Times Square

Le 8 avril 1904, la zone connue  sous le nom de « Longacre Square » fut renommée « Times Square« , suite à l’implantation du célèbre journal New York Times  dans une tour copiée sur le campanile de Giotto à Florence.
C’est Adolph Ochs, éditeur du Times de l’époque, qui persuada le maire de construire une station de métro et également de renommer la place « Times Square« .

Times Square, New-YorkTrès rapidement Times Square devint un centre culturel, un endroit à la mode où se concentraient théâtres, salles de spectacles, music-halls et hôtels. Elle devint rapidement « l’agora » de New York où l’on pouvait vivre les plus grands évènements. Des noms tels que ceux d’Irving Berlin, de Fred Astaire et de Charlie Chaplin furent associés avec « Times Square » dans les années 1910 et les années 1920, qui marquent l’âge d’or de Broadway. À cette époque, 280 spectacles en moyenne étaient joués chaque année.
La place se modifia avec le début de la grande dépression, consécutive au krach boursier durant les années 1930.
Elle devint progressivement un quartier occupé par les peep-shows, les cinémas pornos et fut considérée comme un quartier dangereux.
Le délabrement de Times Square était devenu le symbole de la délinquance et de la corruption new-yorkaises, des années 1960 au début des années 1990.
Plusieurs films sombres tels que Midnight Cowboy et Taxi Driver illustraient alors la décadence de Times Square.Au milieu des années 1990, le maire Rudolph Giuliani redoubla d’efforts afin d’améliorer le quartier et fermer les sex shops, ramenant ainsi la sécurité. La prostitution, la délinquance et la criminalité ont été éradiquées par l’application de la politique dite de « tolérance zéro », qui stipule que tout délit, même mineur, doit être réprimé et puni.Surnommée « Crossroads of the world », Times Square est l’une des « places » les plus célèbres et les plus animées au monde, à l’instar de Shibuya à Tokyo ou Piccadilly Circus à Londres : environ 365 000 personnes y passent chaque jour.

Grand Central Station

Central Station, New-York

Vous trouverez Grand Central Terminal entre la 42ème Rue et Park Avenue, au sud de Central Park et à deux pas du Chrysler Building.
Plus connue sous le nom de Grand Central Station, cette gare est considérée comme la plus grande du monde avec ses 44 quais qui permettent l’accès à 67 voies disposées sur deux niveaux.
L’histoire de cette gare remonte à 1871 et elle eut 3 noms différents:

Grand Central Depot:
Un édifice qui accueillait trois compagnies de train : New York Central and Hudson River Railroad, Harlem River Railroad et New Haven Railroad.
Le bâtiment avait une forme de « L » et s’étendait le long de la 42e rue et de Vanderbilt Avenue. C’était la première fois qu’aux États-Unis, que l’on construisait des quais surélevés au niveau des voitures voyageurs.

Grand Central Station:
Pratiquement totalement remodelé en1900, on construisit 3 étages supplémentaires (s’ajoutant aux 3 étages existants), la façade fut totalement modifiée mais la magnifique verrière Tiffany qui couvre les voies fut conservée.

Grand Central Terminal:
En 1913, le bâtiment a été de nouveau démoli et reconstruit par phases successives, pour obtenir ce qui est aujourd’hui.

Grand Central Station, New-York

L’architecture est l’œuvre des cabinets Warren & Wetmore et Reed & Stern. En parallèle à ces travaux, les lignes des trois compagnies furent électrifiées, et on enterra les voies à l’approche de la gare avec la construction du tunnel de Park Avenue.
Aujourd’hui vous pourrez vous promener dans la station pour découvrir le Hall principal où se trouvent les vieux guichets de la gare et la magnifique pendule à quatre faces sur le comptoir d’information qui se trouve au centre du vaste hall.
La rénovation totale de la gare entre 1990 et 1998 a permis l’étonnante redécouverte du plafond du Grand hall qui avait a été peint par l’artiste français Paul Helleu et qui était caché sous une couche de saleté et de suie. Il représente les constellations du zodiaque qui ont été peintes à partir d’un manuscrit médiéval.
La lumière qui pénètre dans le hall principal, par le biais de trois fenêtres en dorme d’arches de 28 mètres de haut, permet de mettre en valeur les principales au milieu de 2500 étoiles.
C’est encore un français, Jules-Felix Coutan,  qui est a l’origine de la magnifique horloge surmontée des sculptures de Mercure, Hermès et Minerve et située sur la façade donnant sur la 42ème Rue.

Si vous empruntez les escaliers et les ascenseurs du Hall Principal, vous accèderez au Dining Concourse, un hall où se trouvent de nombreux restaurants et fast-foods.  Nous avons testé “Junior”… qui n’a de junior que le nom.
Grand Central Terminal a bien sûr servi de scènes pour de nombreux films comme l’Impasse avec Al Pacino (1993), Ice Storm (1997), Armageddon (1998), Le Jour d’Après (2004) ou Madagascar (2005)

Informations utiles

Adresse : 87 E. 42nd Street at Park Avenue, New York, NY 10017
Téléphone : (212) 340-2347
Horaires d’ouverture : libre
Tarif de l’entrée : gratuit
Aller à Grand Central Terminal : Lignes de métro 4,5,6 et 7 jusque Grand Central Terminal
– Site internet : www.grandcentralterminal.com

 

New-York City

 Retrouvez toutes les images de New-York sur www.photos.maya-press.com

VOIR LE PANORAMIQUE SUR CENTRAL STATION ET TIMES SQUARE

 

http://immersive-photography.com/wp-content/uploads/immersive-papillon-blog.jpg


Transe Express

Transe Express

La traditionnelle fête des mineurs emmène de l’Hôtel de Ville jusqu’au Puits Couriot les milliers de stéphanois dans un défilé aux flambeaux aboutissant dans un grand spectacle aérien et musical, un carillon céleste de 26 cloches par la Compagnie Transe Express.[photoshelter-img width=’600′ height=’418′ i_id=’I0000Y6igTazkzGU’ buy=’1′]

 » Fondé il y a plus de vingt ans par Brigitte Burdin et Gilles Rhode qui en assurent la direction artistique, Transe Express joue dans les espace ouverts pour aller à la rencontre du public. La compagnie est spécialiste dans l’art céleste et pratique le théâtre d’intervention. Transe Express s’est fait connaître sur le plan international par son Mobile Homme, présent en ouverture des J.O. d’Albertville en 1992, Roue-Ages créé pour habiter les Champs-Elysées le 31 décembre 1999 ou encore la célébration du nouveau millénaire sur le Parvis de Beaubourg ou l’ouverture du Festival d’Avignon 2010. »

PHOTOS HAUTE DEFINITION – HIGH DEFINITION IMAGES

[photoshelter-gallery g_id=’G0000OYKSjmRD8DM’ g_name=’Ste-Barbe-Transe-Express’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

Pour la petite histoire: Sainte Barbara est une sainte de l’Église catholique romaine et de l’Église orthodoxe qui est fêtée le 4 décembre.
Elle aurait vécu au milieu du IIIe siècle à Héliopolis, aujourd’hui Baalbek au Liban,  sous le règne de l’empereur Maximien.
Son père, Dioscore, était un riche édile païen descendant de satrapes perses. On ne sait pas bien s’il voulait protéger sa virginité de sa fille ou la protéger du prosélytisme chrétien ou les deux, toujours est-il qu’il l’enferma dans une tour à deux fenêtres. Un prêtre chrétien, déguisé en médecin, réussît à s’introduire dans la tour et … la baptisa.
Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne.
Fou de rage, son père mit le feu à la tour. Elle réussit neanmoins à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père qui la traîna devant le gouverneur romain de la province.
Elle fut condamnée au supplice.
Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille.
Ils étaient joueurs, à l’époque: elle fut d’abord torturée, puis on lui brûla certaines partie du corps, on lui arracha les seins mais elle refusa toujours d’abjurer sa foi.
Rancunier, Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel : il mourut frappé par la foudre.
Quand les chrétiens vinrent demander le corps de la jeune martyre, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent la nommer que comme « la jeune femme barbare », d’où le nom de sainte Barbara qui lui fut donné.
Si certains peuvent demander les prières de sainte Barbe pour être protégés de la foudre, elle est aussi la patronne et la protectrice des architectes, des géologues, des pompiers, des mineurs, des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes, des démineurs et autres corporations liées au feu, les pétroliers militaires, les foreurs et les personnels de l’industrie des turbines à gaz.
Pour peu qu’ils soient croyant, bien entendu.
Les empereurs byzantins vénéraient particulièrement ses reliques. Elles furent transférée au VIe siècle à Constantinople.
Par la suite, une partie fut emmenée en Italie par les Vénitiens, et une autre au XIe par la fille d’Alexis Comnène à Kiev, où elles se trouvent toujours à la Cathédrale Saint Vladimir de Kiev.
Voila, comme ça si un jour vous défilez, vous saurez au moins pour qui.
Tout ceci ne fait que renforcer mes convictions: la religion quelle qu’elle soit est vraiment un déclencheur de haine.

Les differentes manifestations sont principalement:
– A St. Etienne: Le 4 décembre, la statue de Sainte-Barbe défile dans les rues jusqu’aux différents puits de mines, ce défilé est généralement accompagné d’un spectacle.
Le maire donnait traditionnellement un jour de congé à cette occasion.
– En Savoie: Le premier samedi de décembre, à Bozel, la chapelle Sainte-Barbe est exceptionnellement ouverte, et une messe y est célébrée le matin. Puis s’ensuit une dégustation de soupe traditionnelle (haricots et lard), préparée dans la nuit dans un immense chaudron par les habitants et partagée entre toutes les personnes présentes.
– En Provence: Le 4 décembre, en Provence, chacun doit semer du blé ou des lentilles sur du coton imbibé d’eau dans trois coupelles que l’on pose sur la table le soir de Noël. Une bonne pousse est signe d’abondance et de prospérité.
– En Alsace: Toujours le 4 décembre, en Alsace, on coupait des branches d’arbres fruitiers (en particulier le cerisier) qui étaient placées dans un vase rempli d’eau. À partir de là il fallait quotidiennement couper un petit bout du pied de la tige et renouveler l’eau. Si on observe bien ces recommandations, les branches fleurissent vers Noël et une belle floraison est signe d’abondance.
– En Bretagne: La forme bretonne est Barba, prénom de la conteuse Barba Tassel, informatrice de Fañch an Uhel.

– Au Liban, pour finir: On commémore la fuite de Barbara de la tour où elle fut emprisonnée.
Dans l’histoire, sa fuite n’aurait jamais réussi sans l’aide de ses amies qui lui donnèrent l’idée de se déguiser.
D’où la tradition libanaise qui veut que la veille de la fête de la Sainte-Barbe, soit le 3 décembre, les enfants se déguisent avec toute sorte de costumes et de masques.
Ils vont ensuite cogner aux portes du voisinage et ainsi charmer les adultes (parfois eux-mêmes déguisés) en sollicitant des friandises ou de l’argent, non sans leur avoir au préalable chanté une rengaine à la gloire de Barbara et en jouant de la darbouka, soit sur leur pas de porte, soit en chemin dans la rue.
La légende veut également que durant sa fuite, Barbara se soit cachée dans un champ de blé et qu’elle se soit nourrie de cette céréale.
Ainsi, en mémoire de Sainte-Barbe, la coutume libanaise veut que l’on prépare, dès le 3 décembre, une bouillie de grains de blé sucrée, parfumée à l’anis et garnie d’une multitude de graines de fruits secs.
Cette collation est consommée dans les foyers et offerte aux visiteurs. Il est aussi fréquent que l’on fasse pousser, symboliquement, des germes de blé dans les foyers en cette saison.
Ces traditions sont particulièrement mises en valeur à Amchit où se trouve une belle et antique église dédiée à Sainte-Barbe.
Cet aspect folklorique de la fête rappelle, dans sa forme, celle du Mardi gras ou la célèbre fête de la Halloween.
La fête de la Sainte-Barbe intervient exactement à 3 semaines du 25 décembre, jour de Noël.