Reportage: La Ferme aux crocodiles

Reportage: La Ferme aux crocodiles

Il y a 20 ans que les frères Éric et Luc Fougeirol ont ouvert La Ferme aux crocodiles à Pierrelatte
Elle a vu défiler plusieurs millions de visiteurs, devenant le site touristique le plus fréquenté de la Drome et le second en Rhône-Alpes.
Dans une serre paysagée de 8000 m2 évoluent librement plus de 450 animaux: crocodiles, tortues géantes des Seychelles et des Galapagos (pesant de 80 à 150 kg) et des oiseaux tropicaux. L’objectif de Samuel Martin, le directeur, est d’atteindre, dans les cinq ans, le cap des 4000 000 visiteurs en proposant davantage d’animaux sur un panel plus large.


Avec ses 29 salaries permanents, la ferme a enregistré l’an dernier près de 3000 000 entrées pour un chiffre d’affaires de quatre millions d’euros.
Une nouvelle serre de 1500 m2 vient d’être engagée pour pouvoir accueillir serpents, lézards, poissons, oiseaux et autres tortues aquatiques.

Mais la Ferme aux Crocodiles est plus qu’un simple zoo : c’est également un pôle de recherche scientifique sur les reptiles, qui collabore avec des chercheurs du monde entier. Pour répondre aux demandes biologiques et d’études des chercheurs français et étrangers, et de nombreuses institutions scientifiques prestigieuses comme le College de France, le CNRS, ou le Museum National d’Histoire Naturelle, la Ferme s’est dotée, des 1998, d’un laboratoire et d’une écloserie, permettant ainsi la mise en place de nombreux partenariats conduisant a la publication d’articles dans des revues scientifiques internationales.

Parmi ses différentes actions scientifiques, la ferme a aide et participe aux recherches du professeur Michel C. Milinkovitch portant sur la formation des écailles de la tête et des mâchoires des crocodiliens.
Elle a prêté deux caïmans a lunettes à l’université Friedrich Schiller d’Iena (Allemagne), dans le cadre d’un programme d’études portant sur la manière dont les grands reptiles marchent sur terre.
La Ferme a également permis à Thierry Boulinier, vétérinaire français, de vacciner des bébés crocodiles. Elle lui communique les résultats de l’évolution des anticorps dans le temps.
Ce suivi est rendu possible par des prises de sang régulièrement effectuées sur les bébés de la Ferme. Il fait partie du travail de l’équipe du Centre d’Écologie fonctionnelle et évolutive (Unite de Recherche du CNRS et de l’Universite de Montpellier) travaillant sur une étude de l’écologie immunitaire des reptiles et plus précisément sur la manière dont se transmettent les anticorps de la mère a l’embryon dans l’oeuf.
La paléontologue Christine Böhmer collabore avec l’équipe de la Ferme aux crocodiles afin de comprendre la base génétique du développement de la colonne vertébrale des crocodiles dans le cadre de l’évolution du squelette des reptiles.
La ferme a fourni un local et des incubateurs ont Jean-Michel Mazin et Romain Amiot, chercheurs au CNRS de Lyon.
Ils cherchent à prouver que l’on peut déterminer, à partir d’un bébé crocodile et des molécules d’oxygène présentes dans ses cellules, à quelle température son oeuf a été incube.
Kei Yamamoto, du CNRS de Gif-sur-Yvette, étudie le cerveau des vertèbres.
Elle cherche a comprendre quelle partie du cerveau des crocodiles est sollicitée dans les comportements des crocodiles: émotions, prises de décision, alimentation, chasse…La Ferme aux crocodiles lui a fourni des bébés crocodiles pour mener a bien ses recherches.
Béatrice Thivichon-Prince, odontologue de l’Université de Lyon fait des recherches sur les facultés de régénération de la dentition des crocodiles. En effet leurs dents tombent et repoussent plus de cinquante fois durant leur vie. Son service cherche des applications à l’échelle humaine.

Photo en HD sur Maya-Press.com 

Toute utilisation et/ou reproduction du texte sans autorisation est fortement déconseillée.
Any use and/or reproduction of this text without permission is highly inadvisable.

Bandeau 2013 copie

Les commentaires sont clos.