Reportage: Le père Riffard

Reportage: Le père Riffard

Le père Riffard, prêtre à la retraite de l’église de Montreynaud, comparaissait en juin dernier devant le tribunal de police de Saint-Etienne.
On lui reproche d’accueillir dans l’église Sainte-Claire, des réfugiés politiques africains.
Pour avoir aider son prochain, ce membre du clergé risque 11 950 euros d’amende…

On l’accuse très exactement d’enfreindre un arrêté municipal qui met en avant les problèmes de sécurité.
« On fait de la mise à l’abri », plaida t-il, « Un travail de suppléance ».
Depuis 8 ans, il héberge des personnes sans papier. Il l’a d’abord fait chez lui, puis par la suite, dans le centre paroissial de l’église Sainte-Claire.
On lui reproche surtout d’avoir ouvert « au public » le centre paroissial de Montreynaud.

riff2
Pour cela, le prêtre encourt une amende de 1 500 euros par jour, et ce pour la période comprise entre le 11 février et le 3 octobre 2013.
« nous ne sommes pas une structure d’hébergement, nous mettons à l’abri des personnes dans l’urgence » affirme le père Riffard.

Le procureur de la République adjoint a reconnu que « le discours de Gérard Riffard mérite le respect »
Il a quand meme  demandé que le prêtre s’acquitte d’une amende de 50 euros par jour d’infraction à l’arrêté municipal.
Soit 11 950 euros d’amende requis.

Le juge a placé l’affaire en délibéré au 10 septembre prochain.

Les commentaires sont clos.