Reportage: Rencontre avec Willaertia magna C2c Maky d’Amoeba

Reportage: Rencontre avec Willaertia magna C2c Maky d’Amoeba

Chaque année, quelque 50 000 tonnes de produits chimiques chlorés sont déversées dans les eaux françaises au nom de l’assainissement.

L’entreprise lyonnaise Amoéba a trouvé un nouveau moyen plus efficace, plus écologique et plus économique de traiter les eaux: l’utilisation d’un agent biologique éradiquant les légionelles et les amibes libres telles que Hartmannella et Acanthamoeba.
À la place de produits chimiques comme le chlore, elle préconise d’utiliser un biocide , Willaertia magna C2c Makyla, prédateur naturel des bactéries présentes dans l’eau.

Cette bactérie découverte dans les eaux thermales d’Aix les Bains a été décrite pour la première fois en 1984. Très présente dans les eaux, on la trouve également dans le sol jusqu’à une profondeur de 50 centimètres. Dans  l’univers impitoyable de son environnement microbien, la bactérie s’est fait sa place en détruisant d’autres bactéries.

Willaertia magna C2c Maky s’attaque en particulier à plusieurs espèces de légionelles, à des amibes et à de nombreuses bactéries pathogènes pour l’homme. Ces bactéries se rencontrent notamment dans les  circuits aéro-réfrigérants de nombreuses industries  où de l’eau de process doit être refroidie en grandes quantités. Ces circuits sont des milieux favorables à la prolifération de Pseudomonas, de Listéria et de Klebsiella.

  

Willaertia magna est une amibe thermophile (température optimale de croissance : 43° C) mesurant de 50 à 100 µm de diamètre pour sa forme trophozoïte, et de 18 à 21µm de diamètre lorsqu’elle est enkystée. Le genre Willaertia a été décrit pour la première fois par de Jonckheere en 1984.

Toute utilisation et/ou reproduction du texte sans autorisation est fortement déconseillée.
Any use and/or reproduction of this text without permission is highly inadvisable.

Bandeau 2013 copie

Les commentaires sont clos.