Archives de
Étiquette : arme

Reportage: L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.

Reportage: L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.

« Honneur et fidelite », la Legion n’abandonne jamais les siens, au combat comme dans la vie.

“Honor and loyalty”, the Legion don’t abandon his own, in the combat or in the life.

L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.
IILE*, welcome to the last sanctuary for old legionaries
(Text in English, a little lower)

Unique au monde, les armées de tous les autres pays viennent pour comprendre son système de fonctionnement.
Unique in the world, the armies of all other countries come to understand his operation system.

Rencontre avec des personnages extraordinaires
Meeting with extraordinary characters

Lire la suite Lire la suite

Hooligans: Zero Tolerance

Hooligans: Zero Tolerance

[photoshelter-img width=’600′ height=’418′ i_id=’I00001j3LPMnLbX0′ buy=’0′]

The Interior Ministry is sounding the alarm against the troublemakers in the stadiums.
In consultation with the President of the Professional Football League and the French Federation of Football, he created the SRI (Sections of Rapids Interventions), integrated in the National Division of Fight against Hooliganism, itself headed by the police superintendent Antoine Boutonnet.
These sections, specially trained, will be deployed in each department where there are professionals football clubs.
They consist by volunteers and they will ensure security of the stands.
If their objective is to identify and interpellate vandals and troublemakers and bring them to justice, they are also present to defuse tense situations inside the sports venues.
These agents are determined to enforce the new law against bands to contain the violents fan groups. (Estrosi law)
They are connected to video operators who assign their objectives.
In this way, the football games will become again a place where one comes in family.

[photoshelter-gallery g_id=’G00000F.tlhx3QhU’ g_name=’Hooligans-Tolerance-Zero-Gamma-Rapho’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

Le ministère de l’Intérieur sonne l’alarme contre les fauteurs de troubles dans les stades.
En concertation avec le président de la ligue de football professionnelle et la Fédération Française de football, il crée les SIR, Sections d’Intervention Rapide, intégrées dans la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), elle-même dirigée par le commissaire Antoine Boutonnet.
Ces sections, spécialement formées, vont être déployées dans chaque département où il y a des clubs de football professionnels. Elles sont constituées de volontaires et assureront une sécurisation des tribunes.
Si leur but est d’identifier les casseurs, les interpeller puis les déférer devant la justice, elles sont également présentes afin de désamorcer les situations tendues à l’intérieur des enceintes sportives.
Sur un match de l’OL, un supporter avait réussi à entrer des fumigènes. Se sentant repéré, il est venu tout seul nous restituer son matériel” déclarait un policier de la SIR Lyon, la première à avoir été constituée.

Pas de casque, ni botte, ni arme létale. Ces policiers sont vêtus d’un survêtement bleu présentant un flocage « Police Nationale » et sont parfaitement repérables. “Ils ne doivent surtout pas passer inaperçus, car leur présence se veut, au final, dissuasive…

La SIR constitue un « plus » par rapport aux moyens existants et ne se substitue ni aux moyens habituels mis en œuvre par la police nationale, ni à ceux du Club. Les policiers constituants la SIR viennent aussi bien des brigades anti-criminalité (BAC), que des unités d’ordre public ou les moniteurs en activités physiques et professionnelles. Ils ont suivi une formation spécifique leur permettant d’identifier et d’interpeller les fauteurs de troubles susceptibles d’intervenir dans les stades.
Ils peuvent intervenir dans toute l’enceinte du stade, à savoir sur la pelouse ainsi que dans les tribunes et coursives afin de gérer les désordres, le tout sous l’autorité des forces de sécurité. »

Le commissaire Antoine Boutonnet précise que même si elle est affectée à une enceinte, la SIR est susceptible de voyager : « Les hommes sont positionnés en fonction des points de tension potentielle,à commencer par l’emplacement réservé aux visiteurs. Ils agissent bien sûr sur ordre du commandement.
Et nous disposerons d’un SIR par club de Ligue 1, au moment où débutera la nouvelle saison de football, conformément aux objectifs définis par la direction centrale de la sécurité publique
La création des SIR s’inspire d’une expérience menée en Seine-Saint-Denis par Jacques MERIC, alors chef de district de Saint-Denis. Il a participé à la conception et à la mise en place du service d’ordre pour les grands événements organisés au Stade de France, et particulièrement lors des matchs de football. Il avait créé une unité de fonctionnaires de police en tenue de sport positionnés à l’intérieur de l’enceinte. Ayant une parfaite connaissance des lieux, ils pouvaient intervenir sur tout le stade, et également amener d’autres unités sur les différents points chauds. »
Maintenant, il est possible de punir le simple fait de participer à un groupement constitué en vue de commettre des violences ou des dégradations, même s’il est formé de façon temporaire.
Concernant la possibilité d’interdire les déplacements de supporters lors des matchs à risques », Frédéric Thiriez, président de la LFP déclarait: « Cela a été évoqué pendant la réunion. C’est une extrémité à laquelle il est possible d’avoir recours, mais ce n’est pas encore d’actualité »

«Pour les prochains matchs, s’il faut des tribunes vides, il y aura des tribunes vides. S’il faut dissoudre des associations de supporteurs, nous le ferons aussi», avait assuré Brice Hortefeux lorsqu’il était encore Place Beauvau, en référence aux derniers incidents. «Comble de l’absurde, ces violences ont lieu maintenant entre supporteurs d’un même club, je pense évidemment au PSG, où se battent et s’entretuent des énergumènes, des cinglés, des fous, il n’y a pas de mots assez forts pour les qualifier», s’est-il agacé, avant de trancher : «Ces individus n’ont pas leur place dans les stades de notre pays. » Il avait donc promis des mesures allant de la suspension provisoire à la dissolution pure et simple des associations de supporteurs violents.

Ces policiers sont déterminés à faire appliquer la toute nouvelle loi Estrosi contre les bandes afin de contenir les groupes de supporteurs violents. Reliés aux opérateurs vidéo qui leur assignent les «objectifs», ils vont tenter de ramener le calme dans les stades.

De cette manière, les matchs pourront redevenir un lieu où l’on vient en famille.

Pour ce reportage, nous avons suivi essentiellement les sections de St Étienne, puis Lyon et Marseille.