Archives de
Étiquette : St Etienne

Reportage: Le père Riffard

Reportage: Le père Riffard

Le père Riffard, prêtre à la retraite de l’église de Montreynaud, comparaissait en juin dernier devant le tribunal de police de Saint-Etienne.
On lui reproche d’accueillir dans l’église Sainte-Claire, des réfugiés politiques africains.
Pour avoir aider son prochain, ce membre du clergé risque 11 950 euros d’amende…

Lire la suite Lire la suite

Les alliances paradoxales de Tony Cragg : un génie de rupture, par Manon Radosta.

Les alliances paradoxales de Tony Cragg : un génie de rupture, par Manon Radosta.

Si l’on vous dit « sculpteur britannique », à qui pensez-vous ? Désormais, je penserai à Tony Cragg. Vous vous souvenez peut-être de sa Lune bleue (1980), faite de fragments de plastique, mais ne vous y fiez pas. C’est une exposition monumentale, époustouflante et incomparable qui est actuellement présentée au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne.

Lire la suite Lire la suite

Ella & Pitr Artistes de l’éphémère

Ella & Pitr Artistes de l’éphémère

Ella & Pitr, les papiers peintres

A eux deux, Ella & Pitr forment le duo des Papiers Peintres. Nés respectivement en 1984 et 1981, c’est au hasard d’une rue qu’ils se sont rencontrés : l’une cherchant comment s’adresser le plus directement à un public non choisi, l’autre imaginant une suite logique à 10 ans de graffiti. Aujourd’hui leur atelier est situé à Saint Etienne (France) et la Rue reste leur territoire d’expression spontanée….

Work in Progres:

Panoramique dans l’atelier

Le poulpe et Madame, Rhone-Alpes 09/2012
Le poulpe en cours de réal, Rhône-Alpes 09/2012
Bichon photographie les oiseaux, Vevey 2012

Music: « Song for Olabi – Bliss. Amazon.com 

Tony Cragg

Tony Cragg

Tony Cragg, est un sculpteur britannique issu du mouvement «Nouveau Réalisme» Recteur de l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, il vit et travaille en Allemagne, à Wuppertal. Apres des études scientifiques il travaille dans un laboratoire de biochimie, puis, en 1976, il enseigne en France, à l’école des beaux-arts de Metz. Sa première exposition a lieu en France, au musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne en 1981. S’imposant comme le digne héritier des nouveaux réalistes, du pop art ou encore du néo-dadaïsme, il joue principalement avec les objets que le monde industriel rejette.

Lire la suite Lire la suite

Transe Express

Transe Express

La traditionnelle fête des mineurs emmène de l’Hôtel de Ville jusqu’au Puits Couriot les milliers de stéphanois dans un défilé aux flambeaux aboutissant dans un grand spectacle aérien et musical, un carillon céleste de 26 cloches par la Compagnie Transe Express.[photoshelter-img width=’600′ height=’418′ i_id=’I0000Y6igTazkzGU’ buy=’1′]

 » Fondé il y a plus de vingt ans par Brigitte Burdin et Gilles Rhode qui en assurent la direction artistique, Transe Express joue dans les espace ouverts pour aller à la rencontre du public. La compagnie est spécialiste dans l’art céleste et pratique le théâtre d’intervention. Transe Express s’est fait connaître sur le plan international par son Mobile Homme, présent en ouverture des J.O. d’Albertville en 1992, Roue-Ages créé pour habiter les Champs-Elysées le 31 décembre 1999 ou encore la célébration du nouveau millénaire sur le Parvis de Beaubourg ou l’ouverture du Festival d’Avignon 2010. »

PHOTOS HAUTE DEFINITION – HIGH DEFINITION IMAGES

[photoshelter-gallery g_id=’G0000OYKSjmRD8DM’ g_name=’Ste-Barbe-Transe-Express’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

Pour la petite histoire: Sainte Barbara est une sainte de l’Église catholique romaine et de l’Église orthodoxe qui est fêtée le 4 décembre.
Elle aurait vécu au milieu du IIIe siècle à Héliopolis, aujourd’hui Baalbek au Liban,  sous le règne de l’empereur Maximien.
Son père, Dioscore, était un riche édile païen descendant de satrapes perses. On ne sait pas bien s’il voulait protéger sa virginité de sa fille ou la protéger du prosélytisme chrétien ou les deux, toujours est-il qu’il l’enferma dans une tour à deux fenêtres. Un prêtre chrétien, déguisé en médecin, réussît à s’introduire dans la tour et … la baptisa.
Au retour d’un voyage de son père, Barbe lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était chrétienne.
Fou de rage, son père mit le feu à la tour. Elle réussit neanmoins à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père qui la traîna devant le gouverneur romain de la province.
Elle fut condamnée au supplice.
Comme la jeune fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille.
Ils étaient joueurs, à l’époque: elle fut d’abord torturée, puis on lui brûla certaines partie du corps, on lui arracha les seins mais elle refusa toujours d’abjurer sa foi.
Rancunier, Dioscore la décapita mais fut aussitôt châtié par le Ciel : il mourut frappé par la foudre.
Quand les chrétiens vinrent demander le corps de la jeune martyre, ne voulant pas utiliser son prénom perse et ne pouvant pas se dévoiler en utilisant son prénom de baptême chrétien, ils ne purent la nommer que comme « la jeune femme barbare », d’où le nom de sainte Barbara qui lui fut donné.
Si certains peuvent demander les prières de sainte Barbe pour être protégés de la foudre, elle est aussi la patronne et la protectrice des architectes, des géologues, des pompiers, des mineurs, des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes, des démineurs et autres corporations liées au feu, les pétroliers militaires, les foreurs et les personnels de l’industrie des turbines à gaz.
Pour peu qu’ils soient croyant, bien entendu.
Les empereurs byzantins vénéraient particulièrement ses reliques. Elles furent transférée au VIe siècle à Constantinople.
Par la suite, une partie fut emmenée en Italie par les Vénitiens, et une autre au XIe par la fille d’Alexis Comnène à Kiev, où elles se trouvent toujours à la Cathédrale Saint Vladimir de Kiev.
Voila, comme ça si un jour vous défilez, vous saurez au moins pour qui.
Tout ceci ne fait que renforcer mes convictions: la religion quelle qu’elle soit est vraiment un déclencheur de haine.

Les differentes manifestations sont principalement:
– A St. Etienne: Le 4 décembre, la statue de Sainte-Barbe défile dans les rues jusqu’aux différents puits de mines, ce défilé est généralement accompagné d’un spectacle.
Le maire donnait traditionnellement un jour de congé à cette occasion.
– En Savoie: Le premier samedi de décembre, à Bozel, la chapelle Sainte-Barbe est exceptionnellement ouverte, et une messe y est célébrée le matin. Puis s’ensuit une dégustation de soupe traditionnelle (haricots et lard), préparée dans la nuit dans un immense chaudron par les habitants et partagée entre toutes les personnes présentes.
– En Provence: Le 4 décembre, en Provence, chacun doit semer du blé ou des lentilles sur du coton imbibé d’eau dans trois coupelles que l’on pose sur la table le soir de Noël. Une bonne pousse est signe d’abondance et de prospérité.
– En Alsace: Toujours le 4 décembre, en Alsace, on coupait des branches d’arbres fruitiers (en particulier le cerisier) qui étaient placées dans un vase rempli d’eau. À partir de là il fallait quotidiennement couper un petit bout du pied de la tige et renouveler l’eau. Si on observe bien ces recommandations, les branches fleurissent vers Noël et une belle floraison est signe d’abondance.
– En Bretagne: La forme bretonne est Barba, prénom de la conteuse Barba Tassel, informatrice de Fañch an Uhel.

– Au Liban, pour finir: On commémore la fuite de Barbara de la tour où elle fut emprisonnée.
Dans l’histoire, sa fuite n’aurait jamais réussi sans l’aide de ses amies qui lui donnèrent l’idée de se déguiser.
D’où la tradition libanaise qui veut que la veille de la fête de la Sainte-Barbe, soit le 3 décembre, les enfants se déguisent avec toute sorte de costumes et de masques.
Ils vont ensuite cogner aux portes du voisinage et ainsi charmer les adultes (parfois eux-mêmes déguisés) en sollicitant des friandises ou de l’argent, non sans leur avoir au préalable chanté une rengaine à la gloire de Barbara et en jouant de la darbouka, soit sur leur pas de porte, soit en chemin dans la rue.
La légende veut également que durant sa fuite, Barbara se soit cachée dans un champ de blé et qu’elle se soit nourrie de cette céréale.
Ainsi, en mémoire de Sainte-Barbe, la coutume libanaise veut que l’on prépare, dès le 3 décembre, une bouillie de grains de blé sucrée, parfumée à l’anis et garnie d’une multitude de graines de fruits secs.
Cette collation est consommée dans les foyers et offerte aux visiteurs. Il est aussi fréquent que l’on fasse pousser, symboliquement, des germes de blé dans les foyers en cette saison.
Ces traditions sont particulièrement mises en valeur à Amchit où se trouve une belle et antique église dédiée à Sainte-Barbe.
Cet aspect folklorique de la fête rappelle, dans sa forme, celle du Mardi gras ou la célèbre fête de la Halloween.
La fête de la Sainte-Barbe intervient exactement à 3 semaines du 25 décembre, jour de Noël.

Hooligans: Zero Tolerance

Hooligans: Zero Tolerance

[photoshelter-img width=’600′ height=’418′ i_id=’I00001j3LPMnLbX0′ buy=’0′]

The Interior Ministry is sounding the alarm against the troublemakers in the stadiums.
In consultation with the President of the Professional Football League and the French Federation of Football, he created the SRI (Sections of Rapids Interventions), integrated in the National Division of Fight against Hooliganism, itself headed by the police superintendent Antoine Boutonnet.
These sections, specially trained, will be deployed in each department where there are professionals football clubs.
They consist by volunteers and they will ensure security of the stands.
If their objective is to identify and interpellate vandals and troublemakers and bring them to justice, they are also present to defuse tense situations inside the sports venues.
These agents are determined to enforce the new law against bands to contain the violents fan groups. (Estrosi law)
They are connected to video operators who assign their objectives.
In this way, the football games will become again a place where one comes in family.

[photoshelter-gallery g_id=’G00000F.tlhx3QhU’ g_name=’Hooligans-Tolerance-Zero-Gamma-Rapho’ width=’600′ f_fullscreen=’t’ bgtrans=’t’ pho_credit=’iptc’ twoup=’f’ f_bbar=’t’ f_bbarbig=’f’ fsvis=’f’ f_show_caption=’t’ crop=’f’ f_enable_embed_btn=’t’ f_htmllinks=’t’ f_l=’t’ f_send_to_friend_btn=’f’ f_show_slidenum=’t’ f_topbar=’f’ f_show_watermark=’t’ img_title=’casc’ linkdest=’c’ trans=’xfade’ target=’_self’ tbs=’5000′ f_link=’t’ f_smooth=’f’ f_mtrx=’t’ f_ap=’t’ f_up=’f’ height=’400′ btype=’old’ bcolor=’#CCCCCC’ ]

Le ministère de l’Intérieur sonne l’alarme contre les fauteurs de troubles dans les stades.
En concertation avec le président de la ligue de football professionnelle et la Fédération Française de football, il crée les SIR, Sections d’Intervention Rapide, intégrées dans la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), elle-même dirigée par le commissaire Antoine Boutonnet.
Ces sections, spécialement formées, vont être déployées dans chaque département où il y a des clubs de football professionnels. Elles sont constituées de volontaires et assureront une sécurisation des tribunes.
Si leur but est d’identifier les casseurs, les interpeller puis les déférer devant la justice, elles sont également présentes afin de désamorcer les situations tendues à l’intérieur des enceintes sportives.
Sur un match de l’OL, un supporter avait réussi à entrer des fumigènes. Se sentant repéré, il est venu tout seul nous restituer son matériel” déclarait un policier de la SIR Lyon, la première à avoir été constituée.

Pas de casque, ni botte, ni arme létale. Ces policiers sont vêtus d’un survêtement bleu présentant un flocage « Police Nationale » et sont parfaitement repérables. “Ils ne doivent surtout pas passer inaperçus, car leur présence se veut, au final, dissuasive…

La SIR constitue un « plus » par rapport aux moyens existants et ne se substitue ni aux moyens habituels mis en œuvre par la police nationale, ni à ceux du Club. Les policiers constituants la SIR viennent aussi bien des brigades anti-criminalité (BAC), que des unités d’ordre public ou les moniteurs en activités physiques et professionnelles. Ils ont suivi une formation spécifique leur permettant d’identifier et d’interpeller les fauteurs de troubles susceptibles d’intervenir dans les stades.
Ils peuvent intervenir dans toute l’enceinte du stade, à savoir sur la pelouse ainsi que dans les tribunes et coursives afin de gérer les désordres, le tout sous l’autorité des forces de sécurité. »

Le commissaire Antoine Boutonnet précise que même si elle est affectée à une enceinte, la SIR est susceptible de voyager : « Les hommes sont positionnés en fonction des points de tension potentielle,à commencer par l’emplacement réservé aux visiteurs. Ils agissent bien sûr sur ordre du commandement.
Et nous disposerons d’un SIR par club de Ligue 1, au moment où débutera la nouvelle saison de football, conformément aux objectifs définis par la direction centrale de la sécurité publique
La création des SIR s’inspire d’une expérience menée en Seine-Saint-Denis par Jacques MERIC, alors chef de district de Saint-Denis. Il a participé à la conception et à la mise en place du service d’ordre pour les grands événements organisés au Stade de France, et particulièrement lors des matchs de football. Il avait créé une unité de fonctionnaires de police en tenue de sport positionnés à l’intérieur de l’enceinte. Ayant une parfaite connaissance des lieux, ils pouvaient intervenir sur tout le stade, et également amener d’autres unités sur les différents points chauds. »
Maintenant, il est possible de punir le simple fait de participer à un groupement constitué en vue de commettre des violences ou des dégradations, même s’il est formé de façon temporaire.
Concernant la possibilité d’interdire les déplacements de supporters lors des matchs à risques », Frédéric Thiriez, président de la LFP déclarait: « Cela a été évoqué pendant la réunion. C’est une extrémité à laquelle il est possible d’avoir recours, mais ce n’est pas encore d’actualité »

«Pour les prochains matchs, s’il faut des tribunes vides, il y aura des tribunes vides. S’il faut dissoudre des associations de supporteurs, nous le ferons aussi», avait assuré Brice Hortefeux lorsqu’il était encore Place Beauvau, en référence aux derniers incidents. «Comble de l’absurde, ces violences ont lieu maintenant entre supporteurs d’un même club, je pense évidemment au PSG, où se battent et s’entretuent des énergumènes, des cinglés, des fous, il n’y a pas de mots assez forts pour les qualifier», s’est-il agacé, avant de trancher : «Ces individus n’ont pas leur place dans les stades de notre pays. » Il avait donc promis des mesures allant de la suspension provisoire à la dissolution pure et simple des associations de supporteurs violents.

Ces policiers sont déterminés à faire appliquer la toute nouvelle loi Estrosi contre les bandes afin de contenir les groupes de supporteurs violents. Reliés aux opérateurs vidéo qui leur assignent les «objectifs», ils vont tenter de ramener le calme dans les stades.

De cette manière, les matchs pourront redevenir un lieu où l’on vient en famille.

Pour ce reportage, nous avons suivi essentiellement les sections de St Étienne, puis Lyon et Marseille.